Premiers virages en ski handisport !

Hello ! Hello !

Quel mois de janvier ! Waouh ! Je vous l’avoue… j’ai la sensation de ne pas avoir touché terre (et ce n’est sans doute pas juste une impression…). Si l’année 2017 est à l’image de ce premier mois, ça promet ! Il va falloir s’accrocher ! Mais c’est tout simplement génial (et oui ! Promis, maman, attention aux priorités…!).

J’étais carrément super (méga… est peut-être de trop…?) impatiente d’écrire cette nouvelle chronique, et de partager tout ça avec vous, mais il m’a fallu prendre aussi quelques jours pour que tout redescende, surtout émotionnellement, afin d’arriver à mettre des mots, les bons surtout, sur ce qui s’est passé. Je me suis donc accordée le temps de vivre sereinement ces premières expériences, de profiter de ces belles rencontres et de ces moments. Mais si je devais résumer ce début d’année, je dirai tout simplement qu’il y a eu beaucoup de sourires, d’étoiles dans les yeux et de courbatures aussi ! lol

J’ai la sensation d’avoir le coeur énorme, gonflé de tout ce que j’ai reçu pendant ces 31 premiers jours 2017 et je suis extrêmement  reconnaissante d’avoir eu la chance de vivre tout ça…

Vous vous souvenez peut-être, pour ceux qui me lisent depuis un certain temps, d’un article qui date un peu, mais dans lequel je vous avais parlé de mon envie, qui paraissait à l’époque sans doute un peu déraisonnable, de me lancer dans la compétition de ski handisport…? C’était à la fin de l’hiver dernier (pour les autres, si le coeur vous en dit, l’article est par ici : Un nouveau défi (fou ?)…). J’avais d’ailleurs partagé, à cette occasion, ma toute première tentative en slalom géant (pas très concluante) à la Coupe des Savoies, mes appréhensions (plutôt carrément très nombreuses), et mes espoirs aussi pour la suite.

Et bien, cette suite, c’est là, maintenant ! Puisque ça y est, même si la neige est plutôt capricieuse cette année…

 

J’ai fait mes premiers pas (officiels) dans le monde de la compétition
de ski alpin handisport !

 

Un club handisport, un stage d’entrainement de 3 jours à Peisey-Vallandry au début du mois, puis quelques tracés plus tard (attention, je parle technique maintenant… Un tracé, c’est tout simplement un slalom avec des portes ou des piquets), c’était ma 1ère épreuve de Coupe de France à Vars le 21 et 22 janvier. 

2 jours de compétition avec environ 25 autres concurrents handi, une épreuve de géant, une épreuve de slalom et pour finir un parallèle (c’est à dire une course entre 2 concurrents dans un tracé double). Les conditions étaient plus que parfaites : super temps, super neige, une équipe technique « personnelle » de haut niveau (merci Coco et Pierrot pour tout…), de supers conseils, Maman en sherpa (parce que je sais pas si vous savez, mais ça caille sacrèment en combinaison de compét !), et une ambiance géniale…  Bref, tout était réuni pour que cela se passe bien. Et si il y a encore beaucoup (beaucoup, beaucoup, beaucoup…) de boulot me concernant, je suis plus qu’emballée par cette première expérience.

C’est plutôt rare, mais pour une fois, je suis fière de moi. De l’avoir fait déjà, de ne rien avoir lâché, car j’ai bien eu à quelques courts instants, l’envie de me dégonfler… Mais, j’ai tenu bon et j’ai terminé chaque descente, même celles entrecoupées de quelques acrobaties (pour rester polie… mais que voulez-vous, il faut bien que je ménage un peu mon orgueil)… Je ne vais pas vous dire que ça a été facile, que je me suis transformée d’un coup de baguette magique en reine des slaloms (à défaut de reine des neiges) ou que mes jambes n’ont pas eu des hauts et des bas, mais c’était trop bon !!!!! Ce sentiment de dépassement de soi, de liberté et de bien-être est assez indescriptible. Et la maladie ? Quelle maladie ?

Si la partie ski m’a comblé plus que je ne l’aurai cru, et pourtant j’en attendais beaucoup (pour changer), ce n’est rien en comparaison de l’expérience humaine que ça a été.

J’ai mis beaucoup de temps à aller vers le handisport parce que j’avais la sensation de ne pas avoir le droit d’y être, de ne pas y avoir ma place. J’avais donc beaucoup d’appréhensions, je l’admets. Je ne connaissais personne (et je déteste ce sentiment de jour de rentrée des classes…), c’était l’inconnue totale et j’avais extrêmement peur de comment j’allais être perçue, moi qui suit debout, qui marche (en tout cas la plupart du temps) par des personnes réellement en situation de handicap. La sclérose en plaques est malheureusement complexe et très pénalisante pour ça… Merci le handicap invisible et les poussées qui vont et qui viennent ! On est toujours trop ou pas assez et on peut difficilement être mis dans une case (et ça va se confirmer pour ma classification chez les handis, d’ailleurs…). Pour les valides, on a déjà souvent rien, on est jeunes et debout, on fait du cinéma ou on est fainéant… Donc là, qu’est-ce que ça allait bien pouvoir donner ? Comment pouvais-je avoir ne serait-ce qu’un peu de légitimité avec eux ?

Et là… un truc rare et précieux s’est produit. Des personnes merveilleuses, en situation de handicap mais aussi des bénévoles, sans à priori, sans jugement sur ce que j’ai l’air ou pas d’être, m’ont accueillie avec une bienveillance que j’ai rarement connue et que je tiens à souligner. Ils ont été curieux de qui j’étais et pas de qui j’avais l’air d’être, ils m’ont encouragée, conseillée, un peu charriée aussi… Bref, je me suis sentie plus que jamais enfin à ma place.

Emotionnellement, c’est fort… et aussi un peu déstabilisant… Car on est peu habitué à vivre ce genre de choses. Aujourd’hui, même dans la maladie, on est souvent dans le paraître. Il faut donner le change. Et là, je pouvais être moi, avec mes forces mais aussi mes faiblesses. Et surtout être juste moi.

Je voudrais donc dire un grand MERCI à toutes ces personnes, qui me liront peut-être pour certaines d’entre elles. Je suis très reconnaissante d’avoir eu la chance de les rencontrer, de partager avec eux et j’ai hâte de les retrouver pour la suite de ces aventures sportives. Vivement donc la prochaine étape de Coupe de France ! Et ce même si je dois aussi jongler avec mes cours… qui tombent évidemment les mêmes week-ends (sinon ce serait trop simple)… et donc gérer ma frustration !

Bref, vous l’aurez compris, janvier a donc été un mois très riche en expériences et émotions. Et je vous recommande plus que jamais la reprise d’activité sportive, adaptée certes, bien encadrée aussi, mais ça apporte tellement ! Les clubs handisports, même hors envie de faire de la compétition, peuvent permettre de faire ou refaire des activités auxquelles on avait plus accès, que se soit d’un point de vue logistique mais aussi financier. Renseignez-vous ! 

A très vite pour de nouvelles aventures ou pourquoi pas au détour d’une piste !

Belle semaine à tous,
Bisous bisous

Rendez-vous sur Hellocoton !
3 Discussions on
“Premiers virages en ski handisport !”
  • Coucou Audrey,
    Déjà je regrette de ne pas m’être manifestée avant pour les traditionnels voeux de nouvelle année. J’y ai pensé plusieurs fois en janvier en me disant  » il faut que je mette un commentaire » et puis le boulot et puis les petites maladies des enfants, et puis une intervention chirurgicale bénigne pour mon plus jeune mais qui m’a quand même préoccupée plusieurs jours, et puis mes 40 ans (mon dieu…) et puis le sport, les RDV en tous genres, bref le quotidien et du coup, j’ai zappé. Alors, même si on est en février et que ce n’est plus trop d’actualité, je te souhaite très sincèrement une très belle année 2017 qui, si je comprends bien, a plutôt très bien démarré. Je suis admirative de ton parcours et des défis que tu te lances. Un grand bravo pour le ski, c’est quand même énorme !! Et que je comprends le fait d’être toujours « trop ou pas assez » au yeux des gens, avec la SEP. En tout cas, il ressort de ton post une telle satisfaction et tellement d »ondes positives que ça fait chaud au coeur. Pour finir, je me permets de faire appel à tes compétences de naturopathe en devenir (tu me dis si j’abuse, hein ?) : connaitrais-tu une plante à consommer en tisane (autre que le fenouil) qui pourrait diminuer les problèmes de transit ? Ce n’est pas très glamour mais je cherche une solution naturelle à ces désagréments qui m’empoisonnent légèrement la vie. Merci d’avance. Et bonne chance et plein d’énergie pour ta saison de ski. Bises

    PS : ta maman sherpa 🙂 à l’air d’être drôlement chouette ! (comme la mienne d’ailleurs)

    • Coucou Françoise ! Ravie de te retrouver et de savoir que malgré quelques petits tracas et un emploi du temps bien chargé… tout va bien pour toi !
      Oui l’année a commencé sur les chapeaux de roue, mais c’est extrêmement enrichissant et motivant. Je suis contente si j’ai réussi à transmettre un peu de ce positif et de cette énergie
      Concernant ta question, aucun souci ! On en parle en MP 😉 envoie moi un mail sur audrey@inseparable-blog.com en m’expliquant quel est le problème exactement
      Bises et belle fin de semaine
      PS : et oui, elle est sacrement chouette ma petite maman <3

  • C’est vrai nous te trouvons de plus en plus épanouie et nous retrouvons ta joie de vivre . Nous t’aimons